Imaginez : tous vos collègues préférés présents au bureau, les discussions autour de la machine à café, et le vendredi se réjouir ensemble de l’arrivée du weekend. Le tout sans la moindre crainte d’infection au coronavirus puisque tout le monde est vacciné. La perspective est alléchante mais comment y parvenir ? L’employeur peut-il encourager ses collaborateurs à se faire vacciner ? Et si oui, comment les convaincre? Qu’est-ce qui est interdit ? Nous apportons des éléments de réponse.

Donts : obliger, punir ou empiéter sur la vie privée

En premier lieu, les employeurs ne peuvent pas obliger leurs collaborateurs à se faire vacciner contre la Covid-19. Il est possible d’imposer la vaccination seulement dans le cas du tétanos ou l’hépatite B, notamment pour les éboueurs ou pour le personnel soignant.

Aucun problème pensez-vous, il suffit de mettre les non vaccinés ensemble… Sauf que c’est interdit. Il est en effet illégal de licencier ou d’attribuer une autre fonction à un employé qui refuse la vaccination.

En outre, il n’existe pas encore de cadre légal permettant de demander une preuve de vaccination aux employés ou d’établir une liste des collègues vaccinés ou non vaccinés. Les données concernant la vaccination comme d’autres données personnelles ne peuvent être traitées sans base juridique. Révéler l’identité des vaccinés ou non vaccinés est également illégal.

En résumé, les employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner,

  • ne peuvent être forcés à le faire
  • ne peuvent être renvoyés
  • ne peuvent être redéployés dans un autre rôle
  • ne peuvent être identifiés comme tels sur une liste ou voir leur identité révélée

Do: sensibiliser, encourager ou amadouer

Sensibiliser

Alors que faire pour qu’un maximum de vos collaborateurs se fassent vacciner ? Il reste en fait plusieurs possibilités. L’employeur peut tenter, au moyen d’une campagne de sensibilisation, de convaincre les employés de se faire vacciner. Une fois encore il s’agit bien de ‘tenter’ car aucune pression ne doit s’exercer en la matière. Reconnaissons que la mission s’avère parfois délicate. Dans le doute, vous savez toujours à qui vous adresser, n’est-ce pas ?

Qui sont les meilleurs porte-parole de votre campagne de sensibilisation ?

  • Les experts, tels les médecins de famille, les virologues ou immunologues. Selon l’enquête Coronastudie de l’Université d’Anvers, ils contribuent à augmenter la propension à se faire vacciner dans la population.
  • Les réseaux sociaux et influenceurs ont un impact limité, à part pour les influenceurs issus du monde médical, qui peuvent jouer un rôle, comme indiqué précédemment.
  • Ou pourquoi pas combiner les deux méthodes : c’est ce qui s’est passé aux États-Unis, où trois anciens présidents américains se sont fait vacciner, publiquement, en présence de l’éminent virologue Dr. Fauci. De nombreux Américains ont été ainsi convaincus, selon un article du média néerlandais AVRO-TROS. Le NHS (National Health Service) britannique a fait de même avec le chanteur Sir Elton John et l’acteur Michael Caine. Peut-être pouvons-nous les imiter avec par exemple Eden Hazard et Kevin De Bruyne sous l’oeil approbateur de Marc Van Ranst ?
De l’intérêt du “nudging”

Vous pouvez choisir de convaincre grâce à l’information plutôt que par l’exemple. En communiquant de façon ciblée, vous pousserez les employés dans la bonne direction grâce au ‘nudging’. S’exprimant dans les colonnes du journal De Tijd, Reinout Van Zandycke, directeur de Exposure, estime que le nudging peut jouer un rôle, même à grande échelle.

Quels sont les arguments à employer ?

  • Protégez-vous et vos collègues : un slogan fort qui insiste sur l’intérêt commun. Le baromètre de motivation développé par l’Université de Gand révèle que le premier motif de vaccination est l’intérêt général.
  • Vos collègues sont déjà vaccinés, et vous ? Le motif est moins noble mais le résultat est là car vous jouez sur l’effet de groupe. Si tout le monde se fait vacciner, alors pourquoi pas moi ? C’est le raisonnement derrière le lancement par le gouvernement du baromètre de vaccination qui permet de suivre l’évolution du nombre de Belges vaccinés. Ceci vous permettra peut-être d’inciter les plus hésitants dans votre société à franchir le pas et à participer à leur tour au grand défi commun dont l’objectif est la vaccination de l’ensemble du personnel.
Comment rendre la vaccination “attractive” ?

Pouvez-vous convaincre les collaborateurs de se faire vacciner autrement qu’en recourant à une campagne de communication ? La réponse est oui, en créant pour cela un cadre attractif.

  • Offrez un jour de congé pour permettre aux employés de se faire vacciner. Si vous voulez aller plus loin, pourquoi ne pas ajouter un bon d’achat, pour occuper le reste de la journée, et soutenir l’économie locale, etc…

– Au lieu de les envoyer vers des centres de vaccination, pourquoi ne pas envisager d’organiser la vaccination dans vos locaux ? Une idée séduisante car elle évite de nombreux déplacements et vous permet de proposer gratuitement le vaccin sous forme d’avantage extra-légal. Reste à déterminer le cadre légal et les conditions de cette mesure, mais une chose est sûre, de nombreuses sociétés sont prêtes selon l’organisation flamande VOKA.

Et maintenant ?

Nous espérons que ces quelques conseils vous seront utiles et que vous retrouverez bientôt votre ‘business as usual’. Ou préférez-vous rester prudent dans ce contexte ? À quel rythme communiquez-vous sur la Covid-19 ? Et comment ?

Vous le voyez, nous voulons tout savoir ! C’est pourquoi nous avons lancé notre “Grande Enquête Vaccination“, pour en savoir plus sur votre approche, et aussi pour en partager les résultats. Vous découvrirez peut-être ainsi d’autres idées de ‘nudge’ pour votre entreprise 😉 .

 

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.