Le RGPD va fortement influencer le travail des responsables du marketing, de la communication et des relations publiques. Ce fait nous a été rappelé une fois de plus lors du Bloovi Conversion Day 2017. Voici 5 leçons à retenir :

 

Leçon n° 1 : le 25 mai 2018

Cette date vous dit peut-être quelque chose. À partir du 25 mai 2018, nous devrons respecter à 100 % le RGPD. Cela semble encore loin, mais si l’on tient compte de toutes les modifications à apporter, on se rend compte que cette date est finalement très proche. Préparez-vous donc à temps ! 😉

 

Leçon n° 2 : Lancez des campagnes de réactivation

Au fil des années, vous vous êtes probablement constitué une belle base de données. Malheureusement, à partir du 25 mai 2018, vous ne pourrez plus utiliser cette liste de données comme vous le faites aujourd’hui. Vous ne pourrez les utiliser que si vous disposez d’une autorisation en ce sens. Et ce, même si vous avez obtenu ces données il y a des années d’une manière tout à fait correcte, via un achat. La meilleure façon d’obtenir l’accord de vos contacts et de lancer une campagne de réactivation : une campagne emailing dans laquelle vous demandez à vos contacts si vous pouvez utiliser et traiter leurs données.

 

Leçon n° 3 : Faites du data mapping

Une entreprise dispose d’énormément de données. Où sont-elles stockées ? Pour bien vous préparer au RGPD, il est très important que vous déterminiez où se trouvent précisément vos données, et qui peut les utiliser. Voici quelques questions importantes à vous poser : où sont rassemblés les mots de passe ? Qui connaît quels mots de passe ? Qui a accès à quels comptes ? Qui a accès à vos données ? Où se trouvent toutes vos données ?

PS : des outils comme Slack ou Trello ont également leur place dans cette liste.

 

Leçon n°4 : Traiter des données ≠ utiliser des données pour communiquer

Il est important de bien comprendre cette différence dans le cadre du RGPD. Vous avez tout à fait le droit d’analyser des données générales pour adapter votre communication et votre marketing. Ce que vous ne pouvez pas faire, c’est filtrer des données personnelles et ensuite les utiliser pour d’autres activités. Pour ce faire, vous avez besoin d’une autorisation.

Vous pouvez demander cette autorisation sur votre site web en ajoutant dans des formulaires une case à cocher « J’accepte les conditions générales ». Ajoutez également un lien vers la page reprenant vos conditions générales et expliquez-y précisément ce que vous allez faire avec les données personnelles. Il en va autrement pour les données que vous recevez via d’autres outils et plateformes. Les outils européens, tels que Flexmail, vont faire en sorte de respecter le RGPD. Par contre, les outils américains, tels que Mailchimp, ne s’intéressent pas au RGPD puisqu’ils ne doivent pas s’y conformer. Il existe donc une énorme différence entre les deux types d’outils, même s’ils ont la même fonction. Dans tous les cas, vous restez responsable, à tout moment, des données que vous téléchargez, quel que soit l’outil que vous utilisiez.

 

Leçon n°5 : Le RGPD n’est pas juste une dépense

Nombreux sont les professionnels qui considèrent que le RGPD est une dépense ennuyante. Et pourtant, il ne s’agit pas simplement d’une dépense. Il peut même vous rapporter beaucoup. Outre le fait que vous allez gérer de manière responsable des données personnelles, votre base de données va être nettoyée en profondeur et votre stock de données sera plus structuré. Vous aurez ainsi d’autant plus de chances d’aborder des personnes qui sont très intéressées par votre entreprise et vous pourrez développer une communication et un marketing de meilleure qualité.

Vous avez besoin de plus d’informations sur le RGPD ? Lisez les 6 conseils en matière de RGPD pour les RP de Miek.