Le 25 mai, c’est du passé. Le flux continu de déclarations de confidentialité dans les boîtes mail s’est arrêté. Mais l’acronyme GDPR (ou RGPD en français) est encore bien présent dans les conversations autour de la machine à café. Maintenant que le gros buzz est derrière nous, Davy Vandevinne, marketing  manager chez Nucleus, nous dit ce qu’il pense de la nouvelle règlementation.

 

D’après vous, est-ce que le GDPR est une bonne chose ?

« D’après moi, c’est globalement très positif, mais pas à 100%. Un point positif est que les entreprises et les consommateurs gèrent maintenant la confidentialité et l’enregistrement des données plus consciemment. Par contre, le sentiment de peur irrationnel qui s’est créé autour du GDPR – surtout dans les PME – est nettement moins positif. On se concentre trop sur les amendes très élevées que les entreprises peuvent recevoir, alors qu’il devrait surtout s’agir d’une prise de conscience. »

 

Quels sont les plus grands défis concernant la protection des données ?

« Il y a énormément de défis. Tout d’abord, le GDPR n’est pas toujours clair. Il existe un certain nombre de zones grises dans la législation. Il est donc difficile de l’appliquer. En outre, sur le plan technique, la sécurité devient de plus en plus importante. Il y a de plus en plus de pirates et de virus, et donc, le nombre de fuites de données augmente lui aussi. Par conséquent, bien protéger les données, c’est déjà un défi en soi. »

« Enfin, le plus gros challenge sera de faire en sorte que les gens continuent de gérer la confidentialité des données consciemment sur le long terme. Je suis convaincu que tout se passera bien dans un premier temps, mais qu’à la longue, le « réflexe GDPR » va s’estomper – je commence déjà à le remarquer. Résultat : les entreprises retomberont dans leurs vieux travers. »

 

 

Comment éviter cela ?

« Tout d’abord en mettant en place les bonnes procédures, mais aussi en accordant de l’attention à l’aspect humain. Vous devez faire en sorte que vos collaborateurs soient et restent conscients de l’importance de la confidentialité des données. C’est un travail de longue haleine, sur lequel il faut constamment revenir, mais cela permettra de maintenir une certaine vigilance concernant la sécurité et la confidentialité. »

 

La nouvelle législation sur la protection des données provoquera-t-elle un mind switch chez les responsables marketing ?

« Je pense que les responsables marketing n’auront plus les mêmes facilités au niveau du traitement des données. Avant, ils envoyaient des e-mails à l’aveuglette, à toutes les adresses présentes dans leur vaste base de données. Aujourd’hui, cette base de données est beaucoup plus petite, il est donc plus difficile d’y ajouter des gens. Chaque désinscription supplémentaire est donc un petit drame en soi. Les responsables marketing vont donc réfléchir davantage à ce qu’ils envoient et à qui ils l’envoient. Nous aurons ainsi un marketing de meilleure qualité. »

 

Pendant longtemps, les données de contact étaient considérées comme un vrai trésor de guerre. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

« Les données sont très intéressantes, mais la confiance l’est encore plus. Pour Nucleus, cela a toujours été un élément important, mais je pense que pour de nombreuses entreprises, ce n’est que maintenant que la confiance passe à l’avant-plan. Elles doivent aujourd’hui montrer aux gens qu’elles méritent leurs données, qu’elles en valent la peine, et qu’elles offrent les bonnes garanties en échange de ces données. »

 

 

En d’autres termes : le GDPR est-il une chance de renforcer ses relations avec son groupe cible ?

« Absolument. Je pense que l’introduction de ce nouveau règlement offre une chance de traiter ses clients de façon plus consciente. D’un autre côté, je pense qu’il ne fallait pas attendre une législation pour s’y mettre. Les relations avec les clients sont essentielles. Il faut donc y travailler tous les jours, au lieu d’attendre d’y être obligé.

Qui Est Davy

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams et autres commentaires indésirables. Lisez ici comment les données de vos commentaires sont utilisées.