La conférence de presse est morte

Convaincre les journalistes de se déplacer et les réunir s’avère de plus en plus difficile ces dernières années. Les raisons sont multiples : ils sont débordés, en sous effectif, craignent les embouteillages, etc… Les responsables RP connaissent la chanson, surtout dans le B2B. C’est pourquoi nous organisons un ‘point’ ou ‘briefing’ presse au lieu d’employer le terme chargé de ‘conférence’ de presse.

Dans le fond, aucune différence : il s’agit bien de rassembler les journalistes en un lieu donné. Mais il semble que l’expression “point presse” soit plus modeste que celle de conférence de presse. Ce qui permet d’emblée de gérer les attentes de nombreux managers impatients de participer à une réunion entre leur entreprise et les médias et qui imaginent voir une meute de journalistes s’affronter pour poser leurs questions. Comme dans les films ou dans la vie politique. Ici, c’est bien sûr de la pure fiction.

Dans le monde réel, tout ceci se passe de façon plus civilisée. Vous êtes satisfait avec cinq participants, huit constitue un succès inespéré, et si vous réunissez plus de dix médias pour votre événement, vous êtes sur un petit nuage. Surtout si des équipes de radio ou de télévision sont présentes.

Chez Outsource, nous avons eu le plaisir d’organiser quelques-uns de ces briefings presse avec succès les années passées. L’un d’entre eux se distingue toujours : la publication annuelle du World Wealth Report de Capgemini. Dans ce rapport, la société de conseil IT s’intéresse à la situation des riches de ce monde au cours des douze derniers mois. Et se penche en premier lieu sur leurs attentes en ce qui concerne les services de leurs banques et de leurs conseillers financiers, qui sont les clients de Capgemini. Évidemment, ce sont bien les riches qui retiennent l’attention des médias et les attirent à la conférence.

Volg de persconferentie via Microsoft Teams

Cette année marquait la vingt-quatrième édition du rapport. 24 éditions déjà : c’est qu’ils sont déterminés chez Capgemini ! Et c’est à ce moment-là, en pleins préparatifs, qu’a frappé ce sale virus. Si la publication de l’étude n’est pas tombée en plein lockdown, il n’y avait cette fois guère d’enthousiasme pour se rendre à la conférence de presse, malgré les importantes mesures de précaution et la communication à ce sujet. Nous avons donc choisi, en accord avec Capgemini, de permettre aussi aux journalistes de participer à distance. Au lieu d’organiser une conférence téléphonique classique ou un webinaire, nous avons diffusé l’événement en direct grâce à Microsoft Teams. Concept qui fut dès lors baptisé “conférence de presse hybride” par Kris Poté, VP Marketing & Communications chez Capgemini.

Comment aborder une conférence de presse hybride ?

Une telle conférence de presse “hybride” nécessite une démarche créative. Je partage ici quelques-unes des leçons tirées de cette expérience, dont vous pourrez peut-être tirer profit si vous devez également organiser ce type d’événement à l’avenir.

  • Un accompagnement professionnel, c’est de l’argent bien dépensé. Nous avions prévu deux techniciens pour soutenir l’orateur et la présentation en coulisse, et ainsi éliminer le stress lié aux questions techniques.
  • Trouver la bonne position pour l’orateur et permettre aux journalistes sur place de voir correctement n’était pas évident, à cause de la distance requise entre les participants assis. La meilleure option était la méthode TED. Attribuez un lieu fixe à l’orateur (si nécessaire en délimitant la zone d’action avec un tapis), pensez à lui fournir un écran pour lui permettre de voir ce qui est affiché en grand derrière lui, et assurez-vous qu’il ait aussi des contacts visuels avec les participants en ligne. Cadrez l’orateur à partir de la taille.
  • Prévoyez une personne qui suive activement la discussion en direct sur Teams. Vous ne voulez pas faire deux choses à la fois pendant la conférence et manquer ainsi la question d’un journaliste.
  • Tenez compte du fait que les journalistes qui suivent en ligne ne peuvent ou ne souhaitent pas nécessairement être visibles lorsqu’ils posent une question. Ils se trouvent peut-être dans des bureaux bruyants ou simplement n’ont pas envie de montrer leur intérieur. Mentionnez que vous êtes disposé à poser pour eux toute question publiée sur le forum de discussion.
  • Faites en sorte que les journalistes puissent suivre la session le plus facilement possible et envoyez-leur la présentation quelques minutes avant, plutôt qu’après la conférence de presse.
  • Votre orateur utilise-t-il une amplification sonore sur place ? Dans ce cas, attention à ne pas transmettre plus d’audio avec le microphone intégré de votre laptop. Sinon vous obtenez un effet Larsen désagréable, d’autant qu’il y a un léger décalage avec le direct. Le son se propage moins vite que la lumière, comme nous l’avons tous appris il y a quelques années…
  • Et n’oubliez pas que les problèmes techniques d’une installation professionnelle sont généralement dûs à l’utilisateur. Même si nous avons nous-mêmes beaucoup pratiqué ces derniers temps, il n’empêche que tout le monde n’est pas forcément équipé du bagage technique nécessaire pour régler correctement ses propres paramètres.

Personnellement, c’est avec une grande satisfaction que je repense à cet événement. Une session via Teams est décidément bien plus pratique que les confcall d’avant ou les webinaires au format peu dynamiques. Je n’ai pas eu l’impression que cela faisait obstacle à la transmission d’informations. Ce qui s’est confirmé dans les questions posées et dans la couverture des médias. Tous les messages clés ont été bien rapportés. Le seul inconvénient, s’il en faut un, est qu’il n’était pas possible de discuter avec tout le monde après la session. D’habitude nous concluons avec un lunch, ce qui, comme tous les experts RP le savent, est un élément non négligeable d’une rencontre réussie avec les médias. Cela contribue souvent à une attention encore plus grande ou à de nouvelles histoires.

L’an prochain, ça sera vraiment la fête. Nous fêterons alors la 25ème édition de cette étude. Je m’en réjouis d’avance.

Longue vie à la conférence de presse hybride !

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.